ASTRE

Pour réaliser cette œuvre, j'éprouve un rapport chronophage et sensuel avec la nature qui me fait le plus grand bien. Il faut récolter dans la nature, dépiauter patiemment un à un les fruits secs pour dévoiler la cloison nacrée qui loge les graines. Puis assembler cette matière première naturelle, de sorte à ce quelle forme une sphère. Rien d'extérieur n'attache les tiges entre elles. Elles s'enchevêtrent et forme un nid, un cœur, un nœud, au centre qui les lies. Avec le temps et le soin méticuleux accordé à ce travail méditatif, je sacralise cette plante, la Lunaire annuelle, que je trouve merveilleuse. Je l’amène au regard, sans rien lui ajouter. Simplement, je la montre, autrement.