MOBILE

Éloge de la fragilité et de la simplicité, mes mobiles révèlent l’immatérialité du vent et du cycle solaire. Ils s’animent par des mouvements, des reflets nacrés et des ombres portées lorsque la lumière et l’air s’insinuent dans les tiges de cette lunaire annuelle. Pour réaliser ces mobiles, j’éprouve un rapport chronophage et sensuel avec la nature qui me fait le plus grand bien. Premièrement je récolte la lunaire annuelle dans la nature. Puis je dépiaute patiemment un à un les fruits secs pour dévoiler sa cloison nacrée qui loge les graines. Ensuite, je les assemble en forme de sphère sans utiliser d’attache extérieure. Les tiges sont liées par l’enchevêtrement, formant au centre, un nid, un cœur. Avec le temps et le soin méticuleux accordé à ce travail méditatif, j’amène au regard cette plante merveilleuse, sans rien lui ajouter. Simplement, je la montre, autrement.